Réponse à la tribune « La Décroissance Candidate pour 2012 ? » publiée dans le n° 81 de « La Décroissance » de Juillet-Aout 2011

Ce communiqué a été envoyé au journal « la Décroissance ». Il a été très partiellement publié dans la rubrique « courrier des lecteurs » du n°82. Aucune indication ne signale son morcellement.

Suite à la tribune d’opinion parue dans le numéro estival 2011 du journal « la Décroissance » sur les différentes initiatives pour 2012, le collectif Décroissance 2012 souhaite apporter quelques précisions factuelles sur sa démarche et sa campagne.

Tout d’abord, la campagne Décroissance 2012 n’a pas été lancée par le Parti Pour La Décroissance, même si ce dernier la soutient, mais par un collectif ouvert d’objectrices et d’objecteurs de croissance. Elle est le fruit d’un travail de réunions, débats et réflexions de plus d’une année. Les porteurs de ce projet ont tenu à prendre le temps de rencontrer et discuter avec une grande partie du mouvement dans une recherche de consensus avant de lancer un appel. C’est ce qui explique qu’il est aujourd’hui signé par plus de 700 personnes, en particulier par Paul Ariès et Clément Wittmann que nous soutenons dans son tour en vélo malgré des divergences de forme.

Cette initiative, comme le souligne Paul Ariès dans son texte de soutien a pour objectifs de faire campagne autour des idées de la Décroissance, de la rendre visible, de faire se rencontrer localement des OC (objecteurs-trices de croissance) et de critiquer les institutions de la 5ème République ainsi que les dérives de la politique spectacle qui n’en finit plus de dépolitiser notre société malade.

Cette campagne s’inscrit dans une logique du « pas de côté » et se veut ouverte et participative.

Concernant notre projet, nous souhaitons mettre en avant l’instauration d’une Dotation Inconditionnelle d’Autonomie (DIA) couplée à un revenu maximum autorisé (RMA). La DIA, contrairement à un revenu d’existence, n’est pas versée en monnaie nationale mais en droit de tirage (eau, énergie, nourriture, logement, terrain), d’accès (santé, éducation, culture, information…) et en monnaie locale fondante (afin d’initier l’émergence de nouveaux systèmes économiques locaux soutenables et conviviaux). Elle a pour but d’élargir les droits de l’Homme et de permettre à toutes et tous, de la naissance à la mort et de manière inconditionnelle, d’avoir accès à ce que démocratiquement nous considérons comme suffisant pour une vie frugale et décente. C’est un outil économique et social  susceptible d’initier une transition démocratique et sereine vers des sociétés soutenables et souhaitables de Décroissance. Il a pour objectif de faire décroître les inégalités, de sortir du capitalisme, de se désaliéner du travail salarié, d’imaginer un autre rapport à l’argent tout en mettant en exergue d’autres comportements, de relocaliser nos vies et nos économies, de repolitiser la société et resocialiser la politique.

Pour finir, nous rappellerons que malgré les efforts de chacun-e, la Décroissance reste malheureusement confinée dans un microcosme. Afin de la faire sortir de la confidentialité dans laquelle elle se trouve encore, plusieurs campagnes, initiatives, démarches, sur les quatre niveaux politiques de la Décroissance, ne semblent pas de trop malgré des chemins différents. C’est pour cela que nous nous félicitons de l’ensemble des tentatives des Objecteurs de Croissance, que ceux-ci agissent chez EELV, au NPA, au PG, au PPLD ou sur un vélo… mais aussi dans des manifestations, des actions, de la désobéissance civile, à travers des livres,  des journaux, dans le monde universitaire ou encore dans la simplicité volontaire et dans des alternatives concrètes (villes en transition, AMAP, SOL, SEL, etc.) Tous mouillent leur chemise à leur manière et participent à initier cette transition souhaitable vers des sociétés de Décroissance.

Il y a autant de chemins que d’Objecteurs et d’Objectrices de Croissance, le but de l’appel Décroissance 2012 est de les mettre en avant, de les rendre visibles mais aussi de créer des liens entre ces différentes approches en se rencontrant.

Collectif Décroissance 2012